Rencontre pendant le confinement

Souffle imprévisible (Esprit de Dieu ?)

Le dimanche 24 mai 2020… VII dimanche de Pâques… Depuis 11 semaines suite à la décision des autorités politiques françaises les lieux de culte (chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes et autres) restent fermés et inaccessibles aux croyants

            Après deux mois et demi de cette situation pénible le Gouvernement Français a décrété la réouverture des lieux de culte dès samedi 23 mai. (Comme par hasard ou non pour les communautés musulmanes c’était la fin du Ramadan –).

            Et pour moi personnellement le 24 mai c’était le 26 anniversaire de l’ordination sacerdotale.

            Alors j’étais en route vers l’église St Charles ‘dite polonaise » à Montigny en Ostrevent pour célébrer la messe dominicale. En traversant en voiture les rue de la ville je suis passé à côté d’un groupe de jeunes hommes habillés en blanc… Cet habit – djellaba – disait tout : les fils d’Allah célébraient la fête de l'Aïd el-Fitr. Il y a quelques années la communauté musulmane de Montigny en Ostrevent m’a invité à la pose solennelle de la première pierre de la mosquée locale AN-NOUR, (j’attends toujours une autre invitation – ils m’ont promis de m’inviter à l’inauguration de leur nouveau lieu de culte). L’expérience de quatre ans vécus à Saint Denis (où j’étais attaché à la Basilique Cathédrale) m’a fait réfléchir… En célébrant la messe (la dernière en absence du peuple) une idée m’est venue… Et si je rencontre ce groupe de jeunes musulmans que j’ai croisé sur la route pour leur souhaiter bonne fête de la fin du Ramadan ? D’où venait cette idée entre l’Ascension et la Pentecôte… Finalement la décision a été prise…

            Avec un peu d’émotion quand même je m’arrête, pas loin de l’endroit… Ils sont toujours là. Je me présente (je suis en clergyman) en demandant si je peux les saluer en leur langue : « Salam alejkum » (l’équivalant « La paix avec vous »). La réponse ne tarde pas « Alejkum salam ». Je présente mes vœux à l’occasion de la fin du Ramadan en expliquant qui je suis… Surpris dans un premier temps ils répondent à mes paroles… Tout cela se passe dans la rue… Je demande si on pourrait prendre quelques photos ensemble. Ils sont d’accord mais avant… je suis invité à entrer dans leur maison ; l’argument – la fête d’aujourd’hui impose l’hospitalité. On s’est mis à table et je suis resté avec eux pendant une heure et demi… On s’écoutait dans le respect de nos différences, en mettant en valeurs ce qui nous rapproche au plan humain, dans le contexte de l’histoire de « la région de gueules noires ». Ils étaient Marocains. Deux frères nés au bled (leur maitrise de la langue française nous permettait quand même de nous faire comprendre). Le troisième était né à Montigny des parents émigrants du Maroc. C’es lui qui parlait le plus avec une éloquence et connaissance du Coran, de l’histoire de l’islam, des pratiques de la religion, des traditions, etc… C’est moi qui étais surpris quand il a dit quelques mots en polonais !!!

C’est vrai – nous avons mis de côté « les gestes barrières, la distanciation sociale, sans parler de consonnes postillonantes ». Deux services de café, un plateau de petits fours label Ramadan ont complétés cette rencontre vécue en toute simplicité et dans le respect réciproque.

Avant de sortir je reviens aux photos : sans hésiter on se met les uns à côté des autres. Pour la finale j’ai droit à un cadeau traditionnel – la pâtisserie marocaine (fort sucrée au miel joliment, décorée. C’est un des piliers de l’islam – zakat – l’aumône.

Voila une toute petite rencontre simple qui peut-être contribuera au dialogue interreligieux dans notre commune… Et tout cela entre l’Ascension et la Pentecôte… Vraiment l’Esprit souffle où il veut….

 

PS. 1

La présence des gâteaux m’à fait penser à la fameuse « madeleine » de Marcel Proust (voir « À la recherche du temps perdu »)

PS. 2

Après le meurtre du père Jacques Hamel(96 ans) assassiné par deux jeunes extrémistes musulmans le 26 juillet 2019 à l’église de Saint-Etienne-du- Rouvray quand il célébré la messe du matin, l’Association Culturelle et Cultuelle Musulmane (ACCMM) la mosquée An-Nour à Montigny en Ostrevent a envoyé à la communauté catholique de la paroisse St Vincent de Paul en Ostrevent une lettre de condoléances.

(voir la photo)

24 mai 2020

p. André W. Sowowski SChr, curé de la paroisse.

Article publié par Jean-Paul GUIDEZ • Publié le Mardi 02 juin 2020 • 179 visites

keyboard_arrow_up